#MoodMonday1 Retour en France et démarches post-PVT

Adios le café Tim Hortons, l’ascension du Mont Royal et les Lucky Charms au petit-déjeuner, je suis rentrée ! Enfin, ça fera bientôt trois mois… et donc autant de temps que je ne vous ai pas donné de nouvelles. Il faut l’avouer, ma première motivation lorsque j’ai créé ce blog, c’était de raconter les différentes péripéties de mon PVT à mes proches et aux gentils inconnus passant par là. Alors quand il a fallu faire ses bagages, j’ai l’impression que le syndrome de la page blanche s’est glissé entre mes ptites culottes ! Que raconter de sa vie palpitante de « jeune diplômée sans-emploi » quand on avait l’habitude de trouver l’inspiration à chaque coin de rue ? Heureusement, il semblerait que, tout comme la chance, l’inspiration soit de retour, et ce n’est pas pour me déplaire 🙂

C’est donc le 15 mars dernier que j’ai atterri à Roissy après avoir passé 6 heures, les mains moites, à scruter l’écran de mon voisin qui affichait notre altitude. Je vous vois déjà venir : « C’est pas toi qui nous donnait des conseils pour gérer sa peur de l’avion dernièrement ? ». Si, si, c’est bien moi ! Et ça y est, j’ai trouvé le titre de mon prochain article : « comment échouer à suivre ses propres conseils en 10 leçons ».

thumbs-up

Pour ce retour anticipé, je n’avais prévenu personne, histoire de créer un petit effet de surprise – ce que j’ai quand même pas mal regretté avant de monter dans l’avion… « Non mais attends s’il se passe un truc pendant le vol, personne ne saura que j’y étais ?! » *Bienvenue à Paranoland*. Bref ! Il a fallu faire un peu de gymnastique intellectuelle pour tromper tout le monde : ne pas poster sur les réseaux sociaux avant une heure canadienne décente, ne pas répondre aux messages qu’on m’envoyait le matin pour ne pas donner l’impression que j’étais encore/déjà debout à 4h00 du matin… Mais c’était fun 🙂

Pour la petite histoire, j’avais déjà prévu un billet de retour avec Air France pour la fin avril. Persuadée que rien n’allait changer dans mes plans, je n’ai pas trouvé bon de prendre l’assurance annulation. Sur le coup c’est cool, petit sentiment de fierté d’avoir économisé 20 balles (ou plus, je ne me rappelle même pas du montant) et puis quand Air France vous rembourse 20 euros sur un billet qui vous en a coûté 300… ben, ça pique !!!  J’ai donc voyagé avec Air Transat – une première pour moi – qui en plus d’être bon marché (surtout pour un vol à la dernière minute) fut une très bonne surprise niveau service, confort et catalogue films/séries…

peur-avion

Passée l’euphorie des retrouvailles, il a fallu se concentrer sur la partie la moins fun du retour : la paperasse. Si vous souhaitez être sûr de ne rien oublier ou si vous avez besoin de conseils, rendez-vous sur pvtistes.net qui, je le répète, est LA bible du pvtiste. Leur dossier « retour en France » revient notamment sur les étapes à ne pas oublier avant de quitter son pays d’accueil : fermer son compte en banque (ultra simple pour ma part chez Desjardins à Montréal), suspendre sa ligne téléphonique, se désinscrire du consulat, déclarer ses impôts (et oui, on n’y échappe pas !)…

Pour ce qui est de l’étape « quitter son logement », j’espère que ma mésaventure pourra vous servir… N’étant pas certaine de la durée de ma présence au Québec, j’avais signé un bail à durée indéterminée avec les propriétaires de mon appartement. Sauf que… étant persuadée de rester jusqu’à fin avril, j’avais conclu un contrat moral avec eux, m’engageant à y rester jusqu’à cette date, ce qui leur garantissait un loyer jusqu’à cette période… Alors quand je leur ai annoncé que je rentrais le 15 mars, ils ont exigé que je leur paye la totalité du mois.
En France, il m’est déjà arrivé de prendre ou de quitter un logement en milieu de mois et ainsi, de ne payer que la moitié du loyer. Apparemment, ça ne fonctionnerait pas comme ça au Canada… Peut-être que certains d’entre vous pourront me dire si je me suis fait avoir (?) . En tout cas, méfiez-vous de la durée du bail que vous signez. Il me semble avoir lu que si vous souhaitez quitter un appartement avant la fin de ce dernier vous devez trouver un autre locataire pour une reprise de bail ou bien sous-louer votre appartement (une pratique qui a l’air courante là-bas).

i am broke

Et pour terminer ce premier #MoodMonday, un dernier conseil tiré d’une dernière mésaventure post-PVT : ne traînez pas à indiquer votre retour à l’assurance maladie ni à souscrire une nouvelle mutuelle ! L’assurance PVT obligatoire que nous prenons tous avant de partir ne nous couvre en France qu’en cas de retour temporaire (avec preuves que vous retournez bien à l’étranger).

Pour le reste (forfait de téléphone, Pôle Emploi, impôts…), rien de bien compliqué : un peu de patience et le tour est joué ! 🙂

 

À la semaine prochaine pour un #MoodMonday2 100% contradiction, entre reprise du sport et ma nouvelle passion pour les desserts 😉

Signature Marion

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *